Accueil » Vivre à Amfreville » Lutte contre le frelon asiatique

Programme de lutte collective contre le frelon asiatique : prise en charge de la destruction des nids par la Commune

 

La commune a signé la convention d’animation pour le programme de lutte collectivité contre le frelon asiatique avec la Fredon

La signature de la convention permet à la commune d’accéder :

– A la liste des prestataires retenus selon le respect du cahier des charges
– A la formation de référents locaux
– Aux documents de communication
– Au portail de déclaration des nids définitifs
– A la participation du Conseil départemental pour la destruction des nids définitifs, à hauteur de 30%, plafonné à 110€ du coût de destruction, dans la limite de l’enveloppe votée. Il est rappelé que la commune peut demander aux administrés une participation à la destruction des nids sur le domaine privé

La Fredon a informé la Commune que depuis le 19 novembre 2018 les nids de frelon asiatiques ne pourront pas être détruits dans le cadre du plan de lutte collective en raison :

–       Du contexte météorologique qui met fin à l’activité des abeilles et des frelons. Il convient de préciser que durant l’hiver les frelons meurent tous à cause du froid, les reines partent du nid et se cachent à l’abri durant tout l’hiver. Le nid déserté ne sera plus jamais colonisé.

–       Du nombre de nid de frelons inactifs signalés depuis cette date

–       De la consommation de l’enveloppe de subvention du Département du Calvados.

 

Les communes signataires de la convention peuvent toutefois continuer à prendre en charge la destruction des nids sur le domaine privé ou non mais sans participation du Département. Pour rappel, le coût de destruction est d’environ 110 € HT par nid en moyenne.

 

le Conseil Municipal d’Amfreville a décidé lors du conseil du 1er juillet 2019 de prendre en charge le coût total de la destruction des nids de frelons asiatiques actifs déclarés en mairie.

 

 

 

En hiver, les arbres se dénudent, les nids apparaissent ! Mais que faire ?

Quand les arbres se dénudent, les nids de frelons chinois apparaissent !
Comme de gros jambons suspendus en haut des arbres, ils intriguent et font parler.

De couleur chamois quand le soleil est généreux, et plutôt grisâtre quand la pluie a sévi.
C’est à ce moment précis qu’on comprend pourquoi on a vu tant de frelons à pattes jaunes en automne sur les lierres en fleur, sur les raisins de la treille ou les fruitiers du jardin et sur l’étal du poissonnier ou dans le saule pleureur, ou partout ailleurs.

Il arrive souvent que ce sont les voisins qui profitent le plus du butinage et de leur présence. En effet, les frelons ne sont pas des hélicoptères. En vol, ils montent ou descendent avec un angle ne dépassant pas les 30°.
C’est aussi à ce moment qu’on réalise que « les frelons asiatiques ? Ce n’est pas que chez les autres ! » Mais que faire ?

Il est malheureusement trop tard pour intervenir sur le nid, surtout s’il est en hauteur et que le coût de l’intervention est important. Il faut savoir que chaque année, dès les premiers gels sérieux, les nids sont désertés et la colonie périt. Ces nids ne seront jamais ré-habités. Les femelles fondatrices nouvelle génération ont déjà quitté le nid et les plus tardives hibernent dans les parages, le reste de la troupe succombe au froid et à la pénurie de nourriture.
Le nid est abandonné, aucun frelon n’y remettra les pattes. Il devient donc inutile de le détruire. Ce sont les oiseaux : pies, corneilles, mésanges et autres, qui vont récupérer un peu des protéines que la colonie de « vespa velutina » a englouti à leur détriment.
Les intempéries s’occuperont des restes du nid.